Au large

Pour la pêche au large en gwada, j'ai choisi de contacter Julien Brossel,situé sur Basse-Terre.
Un contact téléphonique très sympa puis de nombreuses sollicitations sur Facebook car j'avais pas mal de questions concernant le Matos... Il m'a toujours répondu et aidé avec de bons conseils !

La première journée de pêche est calée deux jours après notre arrivée. C'est une grande première , ma chérie va m'accompagner et essayer de pêcher... Comme quoi il faut être patient , 7 ans que j'y travaillait !!!
Rdv à la marina de Rivière sens et accueil chaleureux de la part de Julien et son marin Philippe. Nous embarquons et faisons la connaissance des autres pêcheurs avec qui nous partageront cette belle journée. Le bateau est un open 8.5 m avec 2 x 225 bourrins, autant vous dire que ça marche. Les portes Cannes sont pleins d'ensembles jig, lancé , traîne de très bonne  qualité .

Vu la météo , Julien nous explique que nous allons monter sur des Dcp au large et naviguer de spots en spots pour trouver l'activité.

Apres 20 min de navigation premier arrêt. J'essaye au popper  c'est très calme. Pendant ce temps Nelly a déjà une canne à jig dans les mains et Julien lui explique comment pêcher.  Des la deuxième descente elle est pendue à un petit Thon noir!  Le combat est très sympa sur des ensembles 30lbs et les moulinets chantent.

Pendant ce temps je me casse les dents au popper, sticks de surface et autres poissons nageurs. Nelly enchaîne , elle prend un autre thon mais qui se fera défoncer par les boites à dents ! Puis encore un autre qui remontera entier lui.

Les vannes de la part de Julien et Philippe commencent à se faire de plus en plus pressantes ! # alors ça fait quoi de se faire corriger à la Peche par sa femme #  j'insiste en surface mais rien ne fonctionne. 

Julien me monte un jig de 60 g sur l'exojerk , mais je n'arrive pas à décider un de ces satanés thons noirs.  Nelly en est à son 4 eme, je me fait chambrer inlassablement. Julien change mon jig et je pique enfin mon premier poisson. 

Mais l'activité retombe et nous changeons de spot. Petit passage en traîne légère sur canne à lancer et je pique un petit thon jaune. 
Faut voir la patate qu'on ces poissons, ce sont des boules de muscles et de nerfs !

Petit thon jaune
Petit thon jaune

Ensuite nous trouvons les dorades coriphenes. Elle suivent les poppers mais n'attaquent pas , avec de l'appât nous arrivons à en décider une paire.

Mais elle restent difficiles, il faut sans cesse se replacer dans la dérive et la pêche n'est pas facile. Nelly fera aussi une belle daurade ! 

La journée se déroulera de la même façon ; jig sur les thons, recherche des dorades , traîne...

Jusqu'au moment ou à l'arrivée sur un DCP Julien remarque de l'activité (oiseaux, surface) qui lui fait penser qu'un Marlin est en maraude dans le secteur. La pression monte, nous passons en traîne lourde (80 lbs et 50 lbs). Premier passage rien.

Deuxième passage, alors que nous sortons du dcp , c'est la touche ! hyper rapide mais manque de bol le poisson se décroche (ou ne se pique pas) après 5 secondes... on râle comme des fous !

 

Julien nous explique qu'il faut insister et effectivement au passage suivant  le marlin remonte taper dans les leurres de traîne. La touche est encore plus franche, ça déroule à fond !!! Impressionnant, mais après 20 ou 30 secondes nouvelle décroche... les boules ! 

 

C'était la dernière... nous ne reverrons plus ce poisson.

 

Plus tard entre quelques thons et daurades nous manquerons encore un marlin mais au vif cette fois.

La bonite est marquée par le rostre du Marlin, de la folie...

Bonite
Bonite

La nuit commence à tomber, nous sommes à 45 min de navigation de la marina, cette belle journée de pêche s'achève.

Suite au succès de ce premier essai au large, je suis bien tenté d'y retourner une seconde fois... Ma chérie aussi !!! Je crois qu'elle y a pris gout ! Rdv est pris avec Julien pour la semaine d'après. Même heure, même endroit nous repartons pour une journée de régalade.

 

On prend les même et on recommence. Dès les premières dérives, Nelly récidive ! 

Les poissons s’enchaînent à une allure stupéfiante, c'est de la folie. L'activité est partout. A un moment nous sommes 4 pêcheurs pendus. Sauf que les boites à dents traînent aussi sous cette boule de thons. Tours à tours, nous nous faisons défoncer nos prises et ne remontons que la tête des thons noirs et bonites. C'est un massacre ! Des fois nous voyons les barracudas et wahoos suivre le poisson et l'attaquer à 5 m sous le bateau : scènes sanguinolentes, on se croirait dans les dents de la mer ! La vrai jungle.

Les dents de la mer
Les dents de la mer

Impossible de leurrer une petite bonite qui pourrait servir de vif pour essayer de piquer un de ces prédateurs. Nous sommes obligés de changer de secteur. Et on enquille... Il y a beaucoup plus d'activité que lors de notre première sortie.

Toute la journée, les prises vont s’enchaîner, avec des doublés triplés et quadruplé de thons. On se régale !

Doublé de thons noir, le mien croqué par un barracuda !
Doublé de thons noir, le mien croqué par un barracuda !

Ensuite, on retrouve les Dorades. J'attaque au popper et d'entrée j'en pique une que Julien estime à 12 kg. Elle jumpe 1 fois, sonde , re jump , sonde etc... après 5 chandelles alors qu'elle fatigue et qu'elle nage devant le bateau, sur un coup de tête hyper nerveux elle m'éjecte le leurre et se décroche. Mouahhhhhhhh, j'ai perdu le poisson de la journée.

Par contre les autres ont suivi et Franck en fait une très grosse aussi (8kg environ)

Belle dorade de Franck
Belle dorade de Franck

Puis nouveau passage au jig, les poissons sont toujours là !

 

Bonite au bateau
Bonite au bateau
Doublé de dorades
Doublé de dorades
Joli Thon noir
Joli Thon noir

Nous terminons cette superbe journée sur un groupe de coryphènes, et je finirais par en prendre une correcte !

Bref encore une superbe journée.

Je ne peux conclure cet article sans parler de notre Guide Julien Brossel, la liste sera un peu longue !

  1. Bateau de 8.5 m motorisé en 2 x 225 cv = machine de guerre, très stable, bien équipé,  pas de perte de temps dans les déplacements.
  2. Le matériel haut de gamme, que ce soit en traîne, ensembles jigs ou lancers , c'est le top.
  3. Toutes les pêches sont pratiquées et gérées en main de maître par Julien afin d'être le plus efficace possible en fonction du comportement des fishs. Popper, jig, traînes (lourdes et légères), vif, broumé...
  4. Les connaissances de Julien qui maîtrise parfaitement la recherche de l'activité, les dérives et toutes les techniques. Il n’hésitera pas à parcourir de nombreux miles nautiques pour trouver nos camarades de jeux.

Enfin, et  c'est le plus important quand on pêche: l'ambiance ! Au top durant ces deux journées. Accueil très chaleureux, tout en simplicité. Philippe son Marin nous aura fait prendre de beaux fous rires, un mec vraiment gentil. Les vannes fusent toutes la journée, on rigole tout en faisant du poisson: vraiment on se sent bien sur ce bateau!

Si vous allez en Guadeloupe et que vous voulez pêcher en pleine mer, alors n'hésitez pas  :

http://madatetlures.com/shop2/fr/madatet-fishing?id_cms=17

https://www.facebook.com/julien.brossel?fref=ts

Merci à Philippe et Julien, ce fût un plaisir de vous connaître et de pêcher en votre compagnie !  

 

Bien sûr une vidéo sera préparée pour la conclusion de la 3 ème partie. Désolé pour la qualité de certaines photos qui proviennent de captures d'écrans des films de la go pro.

Écrire commentaire

Commentaires : 0